logo ville Golbey
Menu
Environnement

Les bonnes pratiques

En 2021, qu’est-ce qu’il change ?

INDICE DE RÉPARABILITÉ

Depuis le 1er janvier, l’indice de réparabilité est une note obligatoire à faire apparaître sur les produits au moment de leur achat, dans le cadre de la loi anti-gaspillage.
Cette obligation porte sur plusieurs typologies d’appareils (smartphone, ordinateur portable, lave-linge, téléviseur, …). L’objectif de cet indice est de sensibiliser le consommateur à la réparation du produit dès son achat en l’informant de la réparabilité de son appareil.
Une note est attribuée par le fabricant de l’appareil sur chacun des critères en fonction de grilles de notation définies par le Ministère de la transition écologique.
​​​​​​​En 2020, en France seulement 40% des appareils électriques et électroniques en panne sont réparés. Afin de réduire les déchets, le gouvernement a pour ambition de passer cette proportion à 60% d’ici cinq ans grâce à la mise en place d’un indice de réparabilité à afficher en magasin.

MOINS DE PLASTIQUE A USAGE UNIQUE  

A compter du 1er janvier 2021, il est interdit de distribuer gratuitement des bouteilles en plastique contenant des boissons dans les établissements recevant du public et dans les locaux à usage professionnel. Néanmoins, cette disposition ne s’applique pas aux établissements non desservis par un réseau d’eau potable, ni à la distribution gratuite de bouteilles en plastique lorsqu’elle répond à un impératif de santé publique, ou lorsqu’une restriction de l’eau destinée à la consommation humaine pour les usages alimentaires est prononcée par l’autorité administrative compétente.

Jusqu’en 2040, des objets en plastique à usage unique seront progressivement bannis de notre quotidien.Le gouvernement s’est donné 20 ans pour bannir complètement les plastiques à usage unique de notre quotidien. Si le choix d’une échéance si lointaine en a interpellé plus d’un, des interdictions prennent bel et bien effet dès cette année. Ainsi, à partir du 1er janvier, les Français ne peuvent plus acheter de pailles, coton tiges, couverts ou touillettes en plastique à usage unique.

D’autres objets en plastique jetables sont également radiés de nos vies comme les couvercles de boissons, les piques à steak, les tiges pour ballon ou encore les paillettes et confettis en plastique. Les boîtes en polystyrène expansé utilisées par la restauration rapide, pour emballer les kebabs par exemple, figurent également sur la liste des objets prohibés dès cette année.

La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire prévoit aussi la fin des bouteilles en plastique dans le cadre d’événements festifs, culturels ou sportifs, mais avec des exceptions. Un délai d’écoulement des stocks de six mois pour ces produits est aussi toléré, à condition que les objets aient été fabriqués ou importés avant le 1er janvier 2021.

En revanche, initialement prévue en janvier 2021, interdiction des emballages en plastique pour fruits et légumes de moins de 1,5 kg a été repoussée d’un an, pour laisser le temps aux industriels de s’adapter. De fait, les objets en plastique non réutilisable sont commercialisables dès lors qu’ils ont été conçus sous une forme durable, c’est-à-dire sans plastique. D’autres interdictions entreront en vigueur progressivement, comme les sachets de thé en plastique ou les jouets distribués gratuitement dans les fast-foods. À terme, les contenants en plastique de shampoing, de gel douche ou de lessive auront aussi disparu de nos maisons.

MARQUAGE DES VÉLOS

À compter du 1er janvier 2021, les vélos vendus en magasin disposeront d’un identifiant unique auquel seront associées les coordonnées du propriétaire. Tout sera enregistré dans un fichier national géré par l’Association pour la promotion de l’identification du cycle (Apic). Un fichier pouvant être consulté pour identifier les propriétaires des vélos. Lors de l’achat d’un vélo d’occasion entre particuliers, l’acheteur pourra également vérifier si le cycle n’est pas déclaré volé.
Cette obligation entre en vigueur début 2021 pour les cycles neufs et le 1er juillet 2021 pour les cycles d’occasion, vendus en magasin. Les propriétaires de vélos vendus avant ces échéances pourront également les faire marquer s’ils le souhaitent. Des opérateurs d’identification des cycles seront prochainement agréés.
Ce marquage a pour but de lutter contre les vols, l’un des freins à la généralisation de la pratique du vélo. Le marquage, rendu obligatoire par la loi d’orientation des mobilités, est un des axes de travail du plan vélo.

RÉNOVATION (ET LUTTE CONTRE LA PRÉCARITÉ) ÉNERGÉTIQUE ​​​​​​   

Un décret est entré en vigueur élargissant le champ des bénéficiaires des aides de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH) aux propriétaires non-occupants et aux copropriétés.
L’élargissement de MaPrimeRénov’, dans le cadre de France Relance, va permettre de massifier les aides relatives à des projets :
– de travaux lourds pour réhabiliter logement indigne ou très dégradé,
– de travaux pour la sécurité ou la salubrité de l’habitat,
– de travaux pour l’autonomie des personnes,
– des travaux de rénovation énergétique globale (programme Habiter Mieux),
– des travaux de transformation d’usage, etc.

L’Anah gère également des programmes de lutte contre l’artificialisation des sols et d’abandon des centres-villes, de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’amélioration globale du logement. Ces activités passent à la fois par les programmes Habiter Mieux, Action cœur de ville et Petites villes de demain ou encore le plan Initiative copropriétés.
​​​​​​​Au total, l’objectif de l’année 2021 est 600 000 logements rénovés avec le soutien de l’ANAH, auprès duquel Enedis s’engage dans la lutte contre la précarité énergétique.​​​​​​​

Pour avoir des bonnes pratiques, il faut d’abord connaître certains faits sur le développement durable ! Petit tour d’horizon :

Annuler